Histoires & rapport de gestion  |  Rapport de gestion

Rapport annuel 2021

Sous le titre "Opportunités", nous vous informons des développements dans nos domaines d'activité et donnons la parole à des collègues qui ont saisi leurs opportunités personnelles chez ORS. 

GB2021_TITEL_FR.png
Immersion dans l’univers de l’ORS
2018-FRPNG.PNG
annual-report-ors-group-2019-language-en
Screenshot_FR.PNG

Histoires & rapport de gestion  |  Livrets

Reportages dans nos hébergements

Sur la période de construction de l’ORS dans le centre d’accueil d’urgence fédéral de Sigmaringen

Mettre en place un hébergement pour requérants d’asile peut sembler au premier abord comme dompter un tigre de papier: objectifs de performance, processus, gestion de la qualité. Il s’agit pourtant d’encadrer au mieux des personnes réfugiées. Et c’est pourquoi cela nécessite aussi, outre des compétences sociales, de l’efficacité – et beaucoup d’énergie, comme le montre l’exemple de Sigmaringen.

Aperçu du programme d’intégration professionnelle de l’ORS

Plus de 56 000 réfugiés reconnus vivent en Suisse. La plupart sans travail. Le coût? Beaucoup d’argent pour le contribuable, une main-d’œuvre potentielle perdue pour l’économie, et pour les personnes concernées, une partie de leur dignité car elles ne peuvent pas subvenir à leurs propres besoins pour vivre. Si elles étaient plus nombreuses à avoir un travail, tout le monde en bénéficierait.

Ce que signifie diriger un foyer cantonal pour requérants d’asile

Les personnes venant chercher asile en Suisse ont déjà un long chemin derrière elles et une histoire lourde à porter. Mais les requérants d’asile ne peuvent pas se reposer. Le prochain obstacle les attend: l’intégration. Dans le canton de Fribourg, l’ORS montre comment elle accompagne les arrivants vers la prochaine étape de leur voyage.

Edited Image 2019-09-11 11-14-02.png
Edited Image 2019-09-11 11-12-28.png
Edited Image 2019-09-11 11-09-32.png
 
Taha_lowres.jpg

Histoires & rapport de gestion  |  #NoussommesORS

Engagés à bâtir des ponts

Alors qu’il n’était encore qu’un enfant, au Soudan, Taha apprit de son grand-père à jouer le médiateur et le conseiller auprès des personnes dans le besoin. Marié à une Suissesse, il rêve de pouvoir s’engager un jour auprès des enfants des rues.

Taha travaille depuis près de 10 ans dans l’encadrement de requérants d’asile. À 51 ans, il se considère comme un bâtisseur de ponts entre les cultures dans l’entourage des personnes prises en charge. Sans cesse tiraillé entre espoir, résignation et frustration, ce Soudanais de naissance essaie dans le centre de retour de Rohr, près de l’aéroport de Zurich, de désamorcer les conflits et de traiter avec le même respect toutes les personnes, quel que soit leur statut de séjour.

 

Il est aujourd’hui responsable de foyer adjoint dans un centre de retour, et s’occupe des demandes de près de 70 personnes. Pour lui, trouver l’équilibre entre proximité et distance au quotidien dans l’encadrement est un véritable défi. Il n’est pas responsable des décisions des autorités, mais veille à accompagner jour après jour les personnes dont il a la charge du mieux possible, en restant dans le cadre imposé par les conditions définies.

 

Histoires & rapport de gestion  |  #NoussommesORS

Etre
simplement là

Depuis la crise du coronavirus, Simone Merk, collaboratrice d’encadrement dans le centre fédéral pour requérants d’asile de Berne, fait face à un nouveau défi: avec pédagogie, elle doit rassurer les résidents anxieux qui ont peur de se faire contaminer. Dans les premiers temps, les consignes données pour observer les mesures d’hygiène et respecter les distances n’ont pas été prises très au sérieux. Mais aujourd’hui, elle estime que les requérants d’asile font preuve de prudence et de compréhension. «Nous devons être présents 24 heures sur 24 pour nos requérants d’asile, et faire notre travail tout aussi consciencieusement qu’avant la crise », explique cette collaboratrice d’encadrement au sujet de sa motivation, avant de poursuivre: «Le besoin d’information est énorme. Plus nous sommes là pour eux, mieux nous pouvons les informer et ainsi les rassurer.» Elle souhaite donc que tous ses collègues gardent la tête froide, se soutiennent et s’encouragent mutuellement. 

Simone-Merk_lowres.jpg

Histoires & rapport de gestion  |  Santé

Focus sur la santé – et pourquoi nous disons parfois autre chose que ce que nous pensons 

En fonction des cultures, certains sujets liés à la santé sont tabou et requièrent une approche extrêmement délicate. Nous organisons toujours nos réunions d’information avec des professionnels et des personnes de confiance issues de la culture concernée. L’entretien est confidentiel et l’atmosphère détendue.

Prenons l’exemple de l’excision des organes génitaux féminins ou Female Genitale Mutilation («FGM»); nous n’invitons jamais concrètement à venir en parler. Ce sujet est extrêmement tabou et nous dissuade de l’aborder de front. Nous organisons en revanche des ateliers sur les sujets «Grossesse» et «Santé féminine», dans lesquels ce thème est intégré. Le discours est adapté à la situation et a indirectement pour objectif d’inciter les femmes concernées sur les possibilités de prise en charge, et de leur permettre l’accès à une aide médicale.

Histoires & rapport de gestion  |  Prévention

Prévention des conflits et sécurité

La sécurité de toutes les personnes qui nous sont confiées, des équipes et de tous les autres acteurs impliqués est notre préoccupation principale. Dans nos concepts d’encadrement et de sécurité, nous veillons aux points suivants:

Prévention par l’information

Grâce à des informations claires et transparentes, ainsi qu’à des entretiens personnels à l’arrivée, des interventions de suivi et une gestion organisée de la signalisation, nous veillons à fournir la bonne information, au bon moment et au bon endroit. L’objectif est d’éviter tout malentendu et toute diffusion de fausses informations au sein de l’hébergement.

Prévention par une infrastructure intelligente

Nous établissons des profils de déplacement et organisons les voies de circulation, ainsi que les entrées et les sorties, de sorte que les passages soient dégagés et à éviter les potentiels foyers de conflit dus à des rassemblements de personnes. Notre aménagement intérieur est clair, convivial et fonctionnel, et organisé de sorte qu’il y ait suffisamment de place, des voies de circulation et des signalisations clairement définies, mais également des possibilités pour s’isoler.

Prévention par un «encadrement proactif»

Nous recherchons tous les jours le contact avec les requérants d’asile et réfugiés, et nous sommes présents dans l’hébergement. Nous pouvons ainsi évaluer assez tôt si l’ambiance et le climat de l’hébergement changent, et prendre des mesures en conséquence.

Nous proposons des mesures d’occupation complètes afin de fournir aux résidents une structure fixe et une routine de travail, ainsi que des offres d’activités sportives ou créatives.

Prévention par des équipes bien formées 

Nos collaboratrices et collaborateurs sont formés et préparés à leur mission dès le premier jour. En plus des lignes directrices, règles d’encadrement, cours de bienvenue et e-learning, nous accordons également une grande importance à une attitude professionnelle en matière de proximité et de distance. Nos cadres dirigent de manière consciencieuse et axées sur les collaborateurs, échangent au quotidien et lors de réunions d’équipe régulières consignées par écrit. Les responsabilités et compétences sont clairement définies, et les profils de postes détaillés et éprouvés. Nos collaboratrices et collaborateurs et nos cadres ont l’opportunité de se former en continu dans nos cours spécialisés et cours de direction.

 

Concepts de sécurité et d’intervention en situation de crise

En cas de crise, nous travaillons selon des schémas A-B-C et avons mis en place une chaîne de tâches et de communication clairement définie. Bien établie et éprouvée, l’organisation d’urgence obéit à des listes de contrôle et à des déroulements précis. Dans les interventions en situation de crise, nous faisons appel si nécessaire à des psychologues et/ou des aumôniers d’urgence, et nous assurons le suivi adéquat au moyen de supervisions ou d’intervisions.